Partager :

">

Partager :

" />

Esclavage : une réalité aujourd’hui encore dans 167 pays

Des centaines d’avocats IJM et d’autres chrétiens qui luttent pour la fin de la violence et de l’injustice dans le monde entier se sont réunis à Londres pour leur conférence annuelle de prière, car ils ont pleinement conscience de la nécessité de l’action de Dieu dans ce travail d’une ampleur considérable.

Mis en ligne le 28 novembre 2016 Imprimer Imprimer

L’ONG International Justice Mission (IJM), bien que peu connue, est la plus grande ONG luttant contre l’esclavage dans le monde. Ses fondateurs sont des chrétiens qui luttent pour la liberté pour tous les êtres humains. Ils s’inscrivent ainsi dans une tradition ancienne, puisque, dès le début de l’Église, le message de l’Évangile a permis de changer l’Empire romain de l’intérieur, en faisant évoluer la perspective de l’esclavage.

Pendant des siècles, les chrétiens ont continué à se battre pour des causes sociales. Au XIXème siècle, un mouvement dirigé par des évangéliques comme William Wilberforce, l’un des abolitionnistes les plus influents, a contribué à mettre un terme à l’esclavage institutionnalisé par les nations.

Au 21ème siècle,  le problème est malheureusement loin d’être terminé. L’Indice Mondial de l’Esclavage publié récemment souligne que plus de 45 millions de personnes vivent dans des conditions analogues à celle de l’esclavage, dans 167 pays.

esclavage-moderne-carteIJM entend éveiller l’Église à son rôle dans la protection des personnes, des communautés et des états de la violence de l’esclavage. Des avocats et des lobbyistes chrétiens de divers pays se battent sur divers fronts pour mettre enfin un terme à l’esclavage moderne, caractérisé par le trafic sexuel, le travail des enfants, les abus de droits ou encore les violences sexuelles.

Pour Paul Villeda, ancien professeur de droit au Guatemala et chef régional pour l’Amérique latine pour IJM à Washington, l’un des plus grands obstacles pour éliminer bon nombre de ces problèmes est simplement le « manque de volonté politique, couplé à la lenteur du système judiciaire dans la plupart des pays ».

« Si Jésus nous a donné un exemple, c’est bien celui de quitter notre zone de confort. Dans de nombreux pays le christianisme est très bien accepté et fait partie de la culture. Jésus souhaite que nous abandonnions notre indulgence et que nous agissions pour ceux qui souffrent de violence domestique et d’esclavage sexuel. Nous devons élever notre voix pour ceux qui n’ont pas de voix. »

Le professeur poursuit en rappelant que l’Évangile transforme les vies et qu’une fois libérées de la violence et de la peur, ces personnes fragilisées peuvent entrer dans le plan de Dieu pour elles.

Abraham George, avocat et pasteur, directeur de la mobilisation internationale explique qu’IJM souhaite travailler main dans la main avec les communautés locales. Il souligne également que la pédopornographie est l’une des problématiques qui connaît la plus grande croissance.

esclavage-moderne3En 2016, IJM a accompagné 564 hommes, femmes et enfants à sortir de l’esclavage en Inde. Aux Philippines, 23 enfants exploités sexuellement ont également été libérés grâce au travail de l’ONG.

Cette semaine, des centaines d’avocats IJM et d’autres chrétiens qui luttent pour la fin de la violence et de l’injustice dans le monde entier se sont réunis à Londres pour leur conférence annuelle de prière, car ils prennent pleinement conscience de la nécessité de l’action de Dieu dans ce travail d’une ampleur considérable.

« Une des choses que tout le monde peut faire est de prier. Trop souvent, nous délaissons la prière, minimisant son importance, mais je crois que la prière est cruciale. Nous pouvons tous être une voix prophétique pour influencer et œuvrer au sein de notre société. »

Source : Noticias Gospel Prime et Info Chrétienne

Voir la vidéo

____________________________

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail