Dieu n’est pas mort joue les prolongations

Le ton de ce film, ouvertement chrétien, nous paraît si extraordinaire dans notre culture laïque que nous en sommes presque choqués. C’est ce que disent sans ambages certains critiques – qui n’ont qu’un point de vue cinématographique – pour qui la proclamation de la foi à l’écran apparaît comme un blasphème artistique.

Mis en ligne le 28 septembre 2017 Imprimer Imprimer

Toutes les séances dans le Bas-Rhin ci-dessous

Résumé

Dans une université américaine, c’est la rentrée de la première année. Les étudiants ont rempli l’amphi pour leur premier cours avec un enseignant qui suscite toutes les curiosités, le Pr Radisson. Celui-ci commence par écrire au tableau le nom d’une quinzaine de philosophes, de Démocrite à Santayana, qui semblent sans rapport. Il lève aussitôt le voile : « Tous ces philosophes sont athées. » Conclusion : les étudiants doivent avoir la même attitude. Et le professeur de leur proposer ce « deal » : « Si vous voulez faire vraiment de la philosophie, vous devez écrire en haut de votre cahier : “Dieu est mort” ». Intimidés, tous les étudiants obtempèrent. Sauf un, Josh, qui excipe de sa foi chrétienne pour justifier son refus. Radisson est agacé et met Josh au défi de prouver sa thèse devant la classe.

« Ce film est à voir ABSOLUMENT, très bon rythme, plusieurs histoires entremêlées avec des caractères bien campés qui font réfléchir sur notre rapport aux autres, à l’argent, la fragilité, la mort, c’est magnifique, j’irais bien le revoir, on peut même y emmener des enfants jeunes, notre fils de 10 ans l’a vu et a bien aimé, eux aussi doivent oser affronter le regard des autres pour défendre la foi et cela s’apprend jeune. » Élisabeth D.

Notre avis

Le ton de ce film, ouvertement chrétien, nous paraît si extraordinaire dans notre culture laïque que nous en sommes presque choqués. C’est ce que disent sans ambages certains critiques – qui n’ont qu’un point de vue cinématographique – pour qui la proclamation de la foi à l’écran apparaît comme un blasphème artistique.

Pour apprécier le film comme il le mérite (malgré quelques naïvetés), il faut se placer dans la mentalité évangélique américaine et trouver ainsi le sujet normal. Mais imaginer la mentalité évangélique n’empêche pas les surprises. Est-ce que tout le débat apologétique sur les raisons de croire ne sonne pas à nos oreilles de façon familière ? Et l’on découvre que les auteurs du film sont catholiques ! Voilà un œcuménisme qui fera aimer le film à bien des jeunes chrétiens passionnés d’évangélisation, quelle que soit leur confession. D’autant que l’argumentation de Josh pour défendre l’existence de Dieu ne se limite pas aux séances d’éloquence philosophique organisées devant l’amphi, où il s’adresse à Radisson en le fixant dans les yeux. À chacune de ces séances, étalées sur plusieurs semaines, Josh se montre de plus en plus incisif et percutant, à mesure que l’enseignant fait des critiques de plus en plus mordantes. Les arguments de Josh sont ceux de la philosophie classique, tels que l’article ci-contre les envisage, mais aussi des arguments pris de la critique de l’évolutionnisme, tels que les universités de la Bible Belt (le Sud américain) s’en sont fait une spécialité.

Mais prudence, on ne parle pas ici de créationnisme, mais de critique de certaines conséquences darwiniennes, très parlante. Entre ces séances Josh rencontre plusieurs étudiants de l’université et aussi le prêtre qui avec son look de motard en blouson râpé pulvérise l’image du clerc frêle et ranci. Ces rencontres n’ont pas moins de poids que les séances professorales, et elles touchent plus encore les jeunes spectateurs, car elles donnent chair aux exposés. Lequel de ces spectateurs, à la fin, n’écrirait pas comme Josh au début de son cahier : « Dieu n’est pas mort » ?

Édouard Huber

Source : Famille Chrétienne

______________________________________

Le film est toujours à l’affiche :

– du 27 septembre au 3 octobre à Strasbourg et à Dorlisheim
les 13 et 17 octobre à Saverne
du 10 au 17 octobre à Haguenau
.


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail