Partager :

">

Partager :

" />

Des salles de shoot à Paris et Strasbourg au premier trimestre 2016

L’expérimentation de salles de consommation à moindre risque, appelées parfois «salles de shoot», est prévue à Paris et Strasbourg dès le premier trimestre 2016, et une autre interviendra à Bordeaux au cours de l’année, selon un rapport parlementaire rendu public le 9 décembre.

Mis en ligne le 4 janvier 2016 Imprimer Imprimer

Nouveau coup dur pour le système de santé français. L’expérimentation des salles de shoot, que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, préfère appeler « centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues », est prévue à Paris (à proximité de l’hôpital Lariboisière) et à Strasbourg dès le premier trimestre 2016, tandis qu’une autre ouvrira à Bordeaux au cours de l’année, révèle un rapport parlementaire rendu public hier. À l’intérieur de ces salles, les toxicomanes pourront apporter et s’injecter de la drogue, « sous la supervision d’une équipe comprenant des professionnels de santé ».

Une première étape vers la dépénalisation de l’usage des stupéfiants. Pourtant, les critiques sont nombreuses : l’année dernière, le Conseil national de l’ordre des médecins a jugé « dangereuses » les salles de shoot, « on accepte l’injection d’un produit illicite et on brouille le message pour les jeunes générations ». « Le médecin peut-il être à la fois témoin et, quelque part, complice d’un patient qui s’injecte devant ses yeux une drogue illicite ? »

Source : Valeurs actuelles

Sur le même thème :

Les « salles de shoot », une expérience européenne – Le 25/05/2015 à 16h47

Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail