Des micro-robots pour réparer le corps humain ?

Ces robots « ont une épaisseur d’environ 5 microns[2], une largeur de 40 microns et une longueur de 40 à 70 microns ». Chacun est « constitué d’un circuit simple fabriqué à partir de silicium photovoltaïque – qui fonctionne essentiellement comme le torse et le cerveau – et de quatre actionneurs électrochimiques qui fonctionnent comme des jambes »

Mis en ligne le 1 septembre 2020 Imprimer Imprimer

Des chercheurs américains de l’université de Cornell et de Pennsylvanie ont mis au point « des robots microscopiques incorporant des composants semi-conducteurs ». « Ce qui leur permet d’être contrôlés – et de marcher – avec des signaux électroniques standard ». Les résultats ont été publiés dans la revue Nature[1].

Ces robots « ont une épaisseur d’environ 5 microns[2], une largeur de 40 microns et une longueur de 40 à 70 microns ». Chacun est « constitué d’un circuit simple fabriqué à partir de silicium photovoltaïque – qui fonctionne essentiellement comme le torse et le cerveau – et de quatre actionneurs électrochimiques qui fonctionnent comme des jambes ». Les chercheurs contrôlent les robots grâce à des impulsions laser. Et les font marcher en faisant basculer le signal d’avant en arrière.

Les scientifiques explorent à présent « les moyens de doter les robots d’une électronique plus complexe et d’améliorations informatiques embarquées ». Des améliorations « qui pourraient un jour se traduire par des essaims de robots microscopiques rampant à travers des matériaux et les restructurant, ou suturant des vaisseaux sanguins, ou encore envoyés en masse pour sonder de larges pans du cerveau humain ». Et en ligne de mire : une production de masse.

Pour le Dr Marc Miskin, premier auteur de l’étude, « des machines comme celle-ci vont permettre aux hommes de s’aventurer dans toutes sortes de mondes étonnants qui sont trop petits pour être vus, et pourraient changer définitivement la médecine ». De son côté, Sam Stanton, chef de programme du Army Research Office, un élément du Laboratoire de recherche de l’armée sur le développement des capacités de combat, qui a soutenu la recherche, estime que « cette percée dans le domaine de la recherche offre des possibilités scientifiques passionnantes pour étudier de nouvelles questions relatives à la physique de la matière active et pourrait finalement déboucher sur des matériaux robotiques futuristes ».

[1] Electronically integrated, mass-manufactured, microscopic robots, Nature (2020). DOI: 10.1038/s41586-020-2626-9 , www.nature.com/articles/s41586-020-2626-9

[2] un micron égale un millionième de mètre

Source : Généthique

____________________________________

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail