Des députés de plus en plus sensibles aux persécutions des chrétiens dans les monde

Deux députées organisaient mercredi 5 février à l’Assemblée nationale une rencontre entre les parlementaires et l’association Portes Ouvertes venue présenter son Index de la persécution des chrétiens dans le monde. Le nombre de participants à cette réunion laisse deviner un intérêt croissant des parlementaires sur ce sujet.

Mis en ligne le 7 février 2020 Imprimer Imprimer

C’est devenu un rituel. Chaque année, depuis 2018, Constance Le Grip, députée LR des Hauts-de-Seine, et Martine Wonner, députée LREM du Bas-Rhin, proposent à leurs collègues parlementaires de se pencher sur la question des persécutions religieuses dans le monde. Le mercredi 5 février, elles ont fait intervenir l’association protestante Portes Ouvertes qui dresse un Index annuel de la persécution des chrétiens dans le monde. Et il est inquiétant. Selon Portes Ouvertes, 2.983 chrétiens ont été tués dans le monde en 2019, soit 8 par jour, et 9.488 églises ont été ciblées. Pour la septième année consécutive, le nombre de chrétiens persécutés dans le monde serait en augmentation, avec plus de 260 millions, soit un chrétien sur huit.

Ce constat, chiffré et documenté, ne laisse plus insensible les parlementaires. « Alors que les deux années précédentes, nous étions à peine une trentaine, cette année la salle était comble, plus de 50 personnes », se réjouit un participant. En ouvrant cette réunion, les deux députées ont fait part de leurs inquiétudes et de leurs soutiens aux quatre salariés de SOS Chrétiens d’Orient enlevés la semaine dernière en Irak. A la présentation de l’index des persécutions a succédé le témoignage d’un Egyptien, qui, s’exprimant en anglais, a raconté la réalité endurée sur place. « Cette intervention était très émouvante et j’ai vu que de nombreux parlementaires étaient touchés », assure Patrick Victor (à gauche sur la photo), le directeur de l’association, soulagé que ces problématiques trouvent un écho en France. « Ne pas pouvoir vivre librement sa religion a un impact profond, c’est une souffrance continuelle pour de nombreux croyants dans le monde, c’est donc un soulagement pour eux de savoir que la France est informée ».

Que peuvent faire les députés ?

L’association Portes Ouvertes essaye d’être un relais d’information auprès des parlementaires, mais peuvent-ils faire quelque chose concrètement ? « Dès qu’ils font passer l’information, leur rôle est important. Par ailleurs plusieurs parlementaires font partie de groupes d’amitié avec des pays du monde entier, ils peuvent par ce biais faire de la diplomatie, des rapprochements », reprend Patrick Victor. Côté parlementaire, le travail sur cette question s’organise et certains parlementaires n’hésitent plus à poser régulièrement des questions écrites ou orales sur ces sujets au gouvernement. Un groupe d’étude sur les Chrétiens d’orient a d’ailleurs été crée, même s’il reste sur une zone géographique plus spécifique.

Il convient de noter que l’association Portes Ouvertes établit des chiffres de la persécution des chrétiens dans le monde, mais ne prend en compte ni la France ni l’Europe. Concernant la France, ce sont les chiffres du ministère de l’Intérieur sur les actes anti-chrétiens publiés chaque année, qui ont convaincu deux députés LR, Annie Genevard et Philippe Gosselin, de demander en mars 2019 la création d’une mission d’information sur la multiplication des actes anti-chrétiens en France. Une demande jusqu’à présent refusée.

Source : Aleteia

__________________________________________

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail