Déclaration des Églises évangéliques irlandaises en faveur du respect de la vie

L’Irlande est l’un des 2 seuls pays européens où l’avortement est toujours interdit, sauf s’il permet de sauver la vie de la mère. Mais le gouvernement a décidé d’organiser un référendum pour abolir le 8e amendement de la Constitution qui proscrit l’interruption volontaire de grossesse. L’Eglise catholique et les Églises évangéliques ont pris position.

Mis en ligne le 16 mai 2018 Imprimer Imprimer

Pour comprendre les enjeux : Irlande : référendum sur la légalisation de l’avortement

En tant qu’association d’Églises soumises à la Bible en Irlande (Aontas), nous sommes profondément préoccupés par les propositions actuelles visant à abroger le 8e amendement.
Nous soutenons que toute vie humaine est précieuse. Le fondement ultime de ceci est l’enseignement de la Bible : que nous sommes faits à l’image de Dieu. Cela donne à chaque être humain une dignité, un mérite, une valeur et une signification immenses, indépendamment de sa taille, de sa forme, de sa nationalité, de ses capacités ou de sa couleur.
Les circonstances entourant cette nouvelle vie peuvent être dures et difficiles, mais chaque vie est précieuse parce que Dieu l’a formée et façonnée dans un but. Nous remercions Dieu pour la vie de chaque enfant, peu importe les circonstances entourant sa conception ou la durée des jours qui lui sont destinés.

En tant que nation, nous n’avons pas excellé à vivre les implications du prix de toute vie. Nous avons manqué aux mères et aux bébés. Nous avons créé de la stigmatisation et de la honte au lieu de créer un environnement de grâce et d’amour. Nous devons faire mieux pour fournir un soutien : émotionnel, mental, physique et spirituel. Et nous devons faire mieux en proposant des alternatives aimantes et à long terme comme l’adoption.
Mais nos défauts ne nous donnent pas le droit de déterminer qui devrait naître et qui ne devrait pas. Dieu seul est l’auteur de la vie. Sa Parole montre clairement que la vie commence à la conception (Psaume 51: 5). La science moderne a seulement souligné la véracité de l’ancienne proclamation biblique.

Puisque Dieu seul est l’auteur de la vie, il a seul le droit de déterminer qui vit et qui ne vit pas. On fait grand cas du droit de la mère sur son propre corps, mais dès la conception, une personne nouvelle et séparée se forme en elle. Elle a la responsabilité de préserver la vie de cette nouvelle personne mais jamais le droit de la prendre.

Nous reconnaissons que des circonstances médicales difficiles peuvent survenir lorsque la vie de la mère et la vie de l’enfant à naître ne peuvent pas toutes deux être préservées. Cependant, le fait de tuer volontairement un enfant à naître par avortement est indéfendable.
En choisissant l’avortement, nous déclarerions que toute vie humaine n’est pas digne, que la discrimination est permise; nous nous rendrions les déterminants de la valeur d’une personne, et pis encore, prendrions l’œuvre divine de Dieu et la détruirions, en niant sa sagesse et son but en la créant (Psaume 139).

Il y a certaines choses que nous ne devrions pas être libres de faire : dénier à une autre personne son humanité est l’une d’entre elles, défigurer l’oeuvre artistique de Dieu en est une autre.

La Constitution irlandaise reconnaît magnifiquement la valeur de la mère et de l’enfant, loin devant beaucoup d’autres pays. Ce n’est pas arriéré, mais progressiste. C’est l’honneur de Dieu et l’exaltation de la personne.
Nous exhortons donc les membres de nos Églises et nos concitoyens à résister à l’appel d’abroger le huitième amendement et à continuer de travailler pour une société plus riche, meilleure et plus généreuse.

Source : Irish Pro Life Christians

________________________________________________

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail