Combien de chrétiens sont réellement des disciples de Christ ?

Sociologues, théologiens et missiologues vont travailler dans le cadre d’une consultation à Rome organisé par le Mouvement de Lausanne et essayer de définir la responsabilité de l’Eglise envers ces personnes qui se définissent comme chrétiens, sans pour autant pratiquer leur foi.

Mis en ligne le 16 mars 2018 Imprimer Imprimer

Mouvement de Lausanne

Du 15 au 19 mars 2018, le Mouvement de Lausanne se penche sur la question des chrétiens engagés et nominaux, dans le cadre d’une consultation à Rome. La question qui va occuper sociologues, théologiens et missiologues est celle de la responsabilité de l’Eglise envers ces personnes qui se définissent comme chrétiens, sans pour autant pratiquer leur foi.

« On trouve des chrétiens nominaux dans toutes les dénominations et traditions chrétiennes et tous les régions du monde », explique David Benett, rédacteur en chef des papiers d’analysis du Mouvement de Lausanne. Avant de poursuivre : « Pour de nombreux chrétiens parmi les 2.5 milliards que compte le monde aujourd’hui, cette identité est premièrement sociologique. Elle décrit l’appartenance religieuse familiale ou parfois d’un groupe ethnique ou d’une région. Pour d’autres elles signifie un processus d’adhésion personnel qui a eu un impact plus ou moins important dans leur quotidien. Mais tous les chrétiens n’ont pas vécu une expérience concrète au contact du message de l’Evangile. Ils n’ont jamais reconnu leur péché et accueilli Jésus-Christ comme leur Sauveur et Seigneur. »

La consultation de Rome doit permettre de mieux cerner les évolutions sociologiques des chrétiens nominaux et de réfléchir à la meilleure façon de rejoindre cette population pour les inviter et les inciter à s’intéresser, et à vivre l’Evangile.

Le Mouvement de Lausanne a été initié en 1974 en Suisse. Billy Graham, décédé récemment, et le théologien John Stott avaient invité plusieurs milliers de responsables évangéliques pour réfléchir à la responsabilité missionnaire du protestantisme évangélique. La Déclaration de Lausanne, document de référence pour le mouvement évangélique dans sa diversité, a été le fruit direct de cette conférence. Il a réconcilié l’annonce de l’Evangile avec un engagement diaconal, considéré plus largement depuis, comme une forme de témoignage aussi.

____________________________________________________________
.

Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail