Antisémitisme : une inquiétante résurgence

Le niveau d’antisémitisme a toujours été un baromètre fiable de l’état de santé d’une société. La progression impressionnante du nombre d’actes antisémites révélée le 11 février par Christophe Castaner, le ministre de l’intérieur, vient malheureusement le confirmer. En 2018, les actes répertoriés ont progressé de 74 %, après deux années de recul.

Mis en ligne le 12 février 2019 Imprimer Imprimer

Ils sont passés de 311 en 2017 à 541 en 2018. Le nombre d’actes antisémites a bondi l’année dernière dans l’Hexagone, a annoncé lundi le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Ces indications arrivent après un week-end qui a vu plusieurs actes et tags antisémites s’emparer de Paris et des environs. Tout d’abord, à Sainte-Geneviève-des-Bois, un arbre a été vandalisé; il avait été planté en mémoire d’Ilan Halami, un jeune Juif tué en 2006. Le Ministre de l’Intérieur a qualifié cet acte « d’attaque contre l’espérance ». Quant au secrétaire d’Etat à l’Intérieur Laurent Nuñez, il a déclaré sur Twitter : « Face aux vents mauvais de l’antisémitisme, la République fera bloc. C’est son honneur, c’est son devoir ».

Dans le reste de la capitale, plusieurs inscriptions antisémites ont été trouvées. Parmi celles-ci, un restaurant de la chaîne Bagelstein, spécialisée dans le petit pain originaire des communautés juives d’Europe de l’Est a vu sa vitrine taguée en jaune de l’inscription « Juden ». Deux boîtes aux lettres, situées sur la façade de la mairie du XIIIe arrondissement, et présentant des portraits de Simone Veil ont été taguées avec l’insigne d’une croix gammée. En tout, quatre enquêtes ont été ouvertes après dépôts de plainte.

____________________________________________
.
Sur le même thème :

 


Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail