Partager :

">

Partager :

" />

150 jours de détention pour les lycéennes kidnappées de Chibok

Les familles des lycéennes que Portes Ouvertes a rencontrées sont totalement épuisées. La plupart connaissent un très fort sentiment d’abandon. Communiqué de Portes Ouvertes du 10/09/14

Mis en ligne le 13 septembre 2014 Imprimer Imprimer

lycéennes kidnappées de Chibok

Alors que les lycéennes de Chibok ont vécu le 11 septembre, leur 150ème journée de détention aux mains des islamistes de Boko Haram, Portes Ouvertes s’inquiète pour l’avenir de l’Eglise au Nigeria.

Les jeunes filles kidnappées, en majorité chrétiennes : La plupart des jeunes filles kidnappées fréquentaient les églises de l’Union des églises des frères au Nigeria, aussi connue sous le nom de Ekklesiyar yan’uwa a Nigeria ou EYN. Le Président de cette union, Samuel DALI, a déclaré dans une interview accordée à Portes Ouvertes : « Le risque de voir totalement disparaître les églises du nord-est du Nigeria est réel. »

Les familles des jeunes filles sont épuisées : Les familles des lycéennes que Portes Ouvertes a rencontrées sont totalement épuisées. La plupart connaissent un très fort sentiment d’abandon. Certaines sont confrontées à la faim et à des maladies liées à l’angoisse. Une mère de famille témoigne : « Chaque jour qui passe, j’éprouve une telle souffrance dans mon cœur ! Chaque jour, nous sommes poursuivis par ces djihadistes. » Chibok est aujourd’hui une ville pratiquement déserte. La plupart des gens ont fui. Il n’y a plus aucune école, ni aucun hôpital qui fonctionne. Beaucoup d’églises ont été brûlées et le nombre de leurs membres a diminué.

CHIBOK, UN CAS PARMI TANT D’AUTRES

Plus de 178 églises détruites à Gwoza : Les actes perpétrés par la secte islamiste Boko Haram gangrènent tout le Nigeria du Nord. Rien que dans les environs de Gwoza, une autre enclave chrétienne à environ 40 km de Chibok, dans l’Etat de Borno, Boko Haram a détruit plus de 178 églises. De plus, le 30 août dernier, Boko Haram a pris le contrôle de Madagali, une enclave chrétienne dans l’Etat d’Adamawa, à la frontière camerounaise.

Chrétiens piégés à Madagali : Gideon Obasogie, directeur de la communication du département social du diocèse catholique de Maiduguri (qui couvre aussi les Etats de Borno, Yobe et Adamawa) affirme que les chrétiens de la ville ont été violemment persécutés. D’après ses propos : « Les hommes sont capturés et décapités, les femmes sont converties de force à l’islam et sont données aux islamistes. Les maisons des chrétiens qui se sont enfuis sont maintenant occupées par les membres de Boko Haram. Leurs voitures ont été réquisitionnées. »

Index et charia : Rappelons que le Nigeria est en 14e position de l’Index Mondial de Persécution. La charia est appliquée dans 12 Etats du Nord, dans lesquels les autorités régionales et la société n’accordent pour ainsi dire aucune place aux chrétiens.


Contacts presse :
Clémence Martin
03 88 10 51 27
07 61 72 41 89
Email
Site Portes Ouvertes

Partagez cette page
Facebooktwittergoogle_plusmail